Relaxation

« Les méthodes de relaxation sont des conduites thérapeutiques, rééducatives ou éducatives, utilisant des techniques élaborées et codifiées, s’exerçant spécifiquement sur le secteur tensionnel et tonique de la personnalité.La décontraction neuromusculaire aboutit à un tonus de repos, base d’une détente physique et psychique ». R. Durand de Bousingen (1992)

  • Relaxation progressive de Jacobson

relaxation 2

Le patient s’entraîne à observer ses schémas de tension et à les relâcher : concentrant son attention sur des états de tension musculaire qu’il provoque, le sujet apprend à repérer ces tensions, puis il cesse son effort et porte son attention sur les nouvelles sensations qui sont, alors, identifiées comme celles du relâchement. De répétition en répétition, il essaie d’approfondir les états de détente musculaire. Son idée est qu’en diminuant ces tensions dites « résiduelles », on atténue l’impact émotionnel. Cette relaxation, qualifiée d’ « analytique » et de « pédagogique » par son auteur, implique un entraînement relativement long, pouvant durer de quelques mois à plusieurs années.

Description rapide

  1. La relaxation générale

relaxation 1Le sujet commence par un repos de 5 à 10 minutes, allongé sur le dos. On fait mettre en tension un membre, expl. « fléchissez l’avant bras sur le bras ». Tout en maintenant cette tension, on demande au sujet de ressentir les muscles contractés. Puis le sujet cesse l’effort et on lui demande de ressentir cette nouvelle sensation de relâchement musculaire. Le sujet répète cet exercice pendant 20 minutes. Ainsi, de séance en séance, on progresse à travers tout le corps, jusqu’à obtenir un contrôle global, une relaxation générale.

2. La relaxation différentielle

La seconde partie de la méthode, la relaxation différentielle, est destinée à permettre au sujet de maîtriser parfaitement le bon niveau tonique, le niveau utile pour une réponse adaptéeaux variations du milieu. Ainsi après une relaxation générale en position couchée, le sujet poursuit en position assise. Puis, il peut lire ou écrire mais en cherchant à garder cette sensation de relaxation qu’il a obtenu en étant allongé. Enfin le patient cherche dans la vie detous les jours à utiliser un minimum de contraction pour effectuer ses actes quotidiens.

 

  • Relaxation dynamique psychomotrice de Dupont

relaxation 3Elle consiste en des séries de mouvements répétitifs, sans idée de réussite, sans contrainte. Il fautd'abord imaginer le mouvement sans rien faire, imaginer la sensation que celui-ci procure, et, dansun second temps, le mouvement est exécuté. La relaxation dynamique est basée sur le mouvement lent. On cherche également un synchronisation entre les mouvements. Pendant que le sujet effectue les mouvements le relaxateur soutient par la parole l'action, il verbalise le geste. Entre deux séries de mouvements il y a un temps de repos avec inventaire des segments de membres qui ont travaillé. Lors des exercices de coordination, l'attention du sujet relaxé est attirée sur la nécessité de synchroniser les temps de départ et d'arrivée des mouvements. De même, qu'un rythme lent est suggéré à mainte reprises. Enfin, on intègre à la coordination des mouvements la respiration.

 

  • Bénéfices

  • Chez l’homme normal : toutes personnes soumises de part leur profession à des fatigues, des stress ou des émotions violentes comme les orateurs, les acteurs, les sportifs, les chefs d’entreprise ou les médecins.
  • Syndromes cardio-vasculaires : précardialgie, palpitation, tachycardie … les sujets présentent toujours une anxiété importante.
  • Troubles vaso-moteurs : l’éreutophobie, l’artérites, maladie de Raynaud, certaines migraines
  • Syndromes respiratoires : rhumes saisonniers, toux nerveuses,  dyspnée, asthme bronchique, ... La relaxation offre au patient un repos et une ventilation optimale
  • Syndromes endocriniens et métaboliques : hyperthyroïdie, diabète, spasmophilie et tétanie.
  • Syndromes digestifs, troubles de la déglutition : dysphagie hystériques, les spasmes de l’oesophage.
  • Système uro-génital : syndrome douloureux de la région génitale chez la femme : tension prémenstruelle, dysménorrhée.
  • Troubles de la fonction sexuelle : chute de l’érection au moment du coït ou de l’intromission, éjaculation précoce, frigidité chez la femme (vaginisme = spasme des sphinctères).
  • Obstétrique : technique de détente pour l’accouchement sans douleur.relaxation 4
  • Troubles oculaires : fatigue oculaire, flou et autres plaintes des sujets névrotiques, le glaucome, cécité : permet aux aveugles d’affronter les multiples facteurs stressants physiques etémotionnels qui résultent de leur infirmité.
  • Troubles dermatologiques : affections dermatologiques d’origine psychosomatique ou allergique.
  • Affections d’ordre neurologique : tremblements
  • Syndrome subjectif des traumatisés crâniens (vertiges, céphalées, bourdonnementsd’oreilles, asthénie).
  • Epilepsie

 

(issu du support de cours de Marc Guiose, Relaxation psychomotrice (2003))

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×